Recouvrement d’âme

Retraite avancée dans l’univers du chamanisme

Parler à notre âme, voir notre chemin se dérouler, voir les multiples dimensions que nous sommes est le sujet de ce stage.

Juste émerveillant et passionnant.

c’est regarder et soigner la trame de notre vie, lire notre passé et reprogrammer notre futur, soigner notre présent.

ce stage demande d’avoir suivi les stages des modules précédents, si ce n’est pas le cas, merci de me contacter.

Dates : du 10 au 13 mars 2023

soin de préparation le 6 mars 20h en zoom

soin d’ancrage le 20 mars à 20h en zoom

En internat, le lieu vous sera donné après inscription.

Infos et inscriptions:

Participation pour les soins et le stage est de 450€

ce stage sera en internat, le montant de la participation pour le logement sera d’environ 100€.

Chacun apporte de quoi cuisiner, nous organiserons cet aspect durant la réunion de préparation, avant le soin.

Les détails de préparation vous seront envoyés après inscription.

100€ d’acompte sont demandés afin de confirmer l’inscription avant le 15 février 2023.

Numéro de compte Terreciel SRL BE51 3631 4864 5062

Merci de mettre « stage module 4  » en communication sur le virement.

Témoignages après ce stage du recouvrement d’âme

Témoignage de Jean-Marc, 46 ans

l y a 20 ans, j’ai vécu une expérience particulière: une E.M.I. (Experience de Mort Imminente). Je suis revenu, mais différent. J’ai erré de longues années avant de retrouver un sens profond à la vie. J’étais enfermé dans la case commune: métro / boulot / dodo.Entre psychologue et psychiatre, on m’a collé différentes étiquettes: la dernière étant bipolaire (très à la mode pour le moment). Tout est faux, on touche au limite de médecine classique qui est dans certains cas dépassée… En réalité, je suis simplement un hyper hyper sensible, un empathe, une éponge émotionnelle… Il y a 6 ans, j’ai eu un déclic: je n’écoutais pas mon âme et mon corps a dit stop: burn out.J’ai pris le temps de me poser, de cultiver la paix intérieure et de chercher un sens profond à ma Vie… Comprenez que durant l’E.M.I, de l’autre côté du voile, j’ai touché l’immensité de l’Amour Inconditionnel, l’Amour Divin…Ce fut une révélation pour moi… Ça m’a changé à jamais… Cette expérience traumatisante est devenue avec le temps un terreau de culture de l’Amour sous toutes ces formes que j’essaie de vous partager chaque jour… C’est important pour moi de partager… Important de grandir tous ensemble… D’autant plus dans la conjoncture actuelle. Durant cette retraite, j’ai vécu un recouvrement d’âme… Dans un cercle de personnes, guidé par une chamane, je suis allé à la rencontre de moi-même pour reprendre des parts de mon âme égarées, perdues, volées lorsqu’on subit des traumas liés aux accidents, aux blessures profondes du corps, aux blessures profondes du coeur et de l’âme…

Pour mieux me comprendre, j’ai grandi dans une famille où l’amour n’était pas exprimé ou trop peu… Pour un empathe et un Hypersensible, c’est une expérience difficile… Ils ont fait ce qu’ils ont pu avec ce qu’ils avaient eux-même reçu… J’ai appris à compenser, en donnant tout pour être aimer, afin de recevoir un tout petit peu et exister… Plus tard, dans les relations amoureuses, j’ai continué d’appliquer la méthode que je connaissais… Mais ça ne fonctionnait pas, évidemment… Et petit à petit, au file des années, j’ai perdu mon Estime de moi et ma Force… Lors du recouvrement d’âme, j’ai vécu une expérience exceptionnelle… Mon intention était : « J’ancre ma Force, j’Ose. Etre Vu et je me Réalise dans la matière »… Et vous savez ce qui est venu ? L’Amour inconditionnel… Encore…Quelle que soit la question, la réponse est toujours l’Amour… L’Amour a mille et un visages, mille et une formes d’exister… Je ne parle pas de l’amour de l’amoureux, je parle de l’Amour Universel… Cet Amour commence par nous même: l’amour de Soi. Je parle de cet Amour que l’on porte tous en Soi au moment de l’incarnation. Avec l’éducation, les religions, le formatage de la société, on l’oublie, on le range dans un tiroir et on le perd partiellement ou totalement parfois… Avec l’énergie du groupe, la guidance de la chamane, mon coeur chargé, brimé, blessé s’est ouvert encore d’avantage à l’amour inconditionnel et j’ai touché l’Amour divin originel qui est en chacun de nous… Une part de celui que je reconnais avoir vu de l’autre côté du voile pendant mon E.M.I. Cette expérience est puissante et émotionnellement hyper intense ! Oser Etre ! Oser Vivre finalement ! Il faut se préparer à Oser vibrer…Depuis mon cœur pulse des vibrations différentes… Chaque battement de coeur est un tsunami d’Amour… Il est ouvert… Et je suis entier… Enfin Un et connecté à moi même ! Pour l’heure, je ne sais pas encore ce que je vais faire (créer) de tout cet Amour, mais des choses vont changer… C’est irréversible… Toutes les personnes présentes ont changé… Elles ont toutes récupérer des parts d’âme perdues… Et ça se voit, ca se ressent en elles… Elles sont remplies, nourries d’elles- même… Je souhaite à tous les Etres qui avancent sur le chemin de l’éveil, de pouvoir vivre une expérience de recouvrement d’âme… C’est magique et tellement guérissant… Je prends le risque ici de me mettre à nu pour vous partager une expérience intense de guérison qui est susceptible d’aider chacun d’entre nous… En se guérissant, on guéri non seulement sa lignée familiale (ancêtres et descendants), mais aussi le monde… Namasté mes âmis. ?

Jean-Marc

Témoignage de Baptiste, professeur de gymnastique, 29 ans

Avant, j’étais bipolaire…Je m’identifiais à ces vagues émotionnelles qui me traversaient en essayant avec acharnement de les contenir, de garder le contrôle. J’alternais entre les périodes où tout était extrême, rien ne suffisait, et celles où plus aucune expérience n’avait de sens et pendant lesquelles mon corps n’avait pas la moindre énergie. Je poussais mes limites jusqu’à ne plus savoir que j’en avais. J’anesthésiais ce qui était vivant en moi parce que c’était insoutenable. Et, en même temps, je cherchais à me sentir en vie, intensément. J’amoncelais les sorties, les rencontres, les dépenses, les sensations fortes dans l’espoir de ressentir quelque chose, n’importe quoi, pourvu que ce soit vibrant. Puis venait la chute… Enfermé, dans la pénombre, je ne voulais plus voir personne. J’étais rongé par la culpabilité de mes déboires. Les idées noires étaient comme un joyau que je chérissais, mais rien ne pouvait les mettre en lumière, rien ne brillait. Entre les deux, bien entendu, vivait le petit Baptiste, déconnecté de ses émotions. Malheur à lui s’il venait à se sentir triste : un homme c’est fort, ça ne pleure pas. Et attention surtout de ne pas se fâcher, on est si malveillant quand on est en colère ! La joie, elle, se doit d’être raisonnable et contenue, ce n’est pas décent de la laisser jaillir sans cadre. Ce Baptiste, néanmoins, percevait tout avec profondeur, mais n’en avait pas conscience. Ses émotions intenses étaient à la mesure de son élan de vie.Mais ça, c’était avant. Depuis, j’ai cheminé et je chemine encore.Depuis, j’ai accepté de ressentir, d’abord par petites bouchées. Puis la faim est revenue et, progressivement, les émotions sont devenues digestes à nouveau. La révolution a été de leur laisser leur place, de leur laisser beaucoup d’espace. D’accueillir ce qu’elles m’indiquaient, les besoins qu’elles souhaitaient tant nourrir. Et, progressivement, la médication n’était plus nécessaire. Plus elles se sentaient reçues, moins elles se faisaient pressantes, intenses, insistantes. J’ai alors mis un point d’honneur à cultiver l’espace dans lequel elles pouvaient librement circuler. La méditation est devenue une nécessité. J’ai ensuite consacré une énergie sans pareil à les comprendre, à réaliser ce qu’elles m’enseignaient. La Communication Non-Violente a alors révolutionné ma façon d’être en lien avec moi-même et les autres. Prendre la pleine responsabilité de ce que je vivais a été une révélation. J’ai pris conscience que derrière chaque émotion se cachait un besoin, nourri ou affamé. C’était le début du retour à la maison. Toute mon énergie était alors consacrée à nourrir une certaine quiétude, une sérénité qui indiquait que tout allait bien, que j’étais dorénavant équilibré. Il m’a fallu quitter l’étiquette de ce trouble bipolaire auquel je m’étais identifié pendant une longue période, et auquel je m’étais inconsciemment conformé, pour parvenir pleinement à me libérer de ces symptômes. À ce moment-là, je n’avais pas compris que je quittais un diagnostic pour plonger dans une autodiscipline exigeante et rigide… Après un sentier plus court, et grâce à un accompagnement d’une intelligence profondément sensible, j’ai rassemblé toutes les parts de mon cœur, recouvert des parts de mon âme.Je progresse à présent dans la bienveillance et je nourris de mon mieux l’amour et l’acception, pour moi et tous ceux qui y sont ouverts. Maintenant, je lâche. Je lâche les exigences excessives et les aspirations démesurées. Je lâche le bien paraître afin d’être authentique, dans le respect de mes élans et avec assertivité. Je respecte mon corps, je respecte mon rythme et, si j’en viens à m’oublier, j’accueille l’enseignement dans la bienveillance, comme je le ferais pour un très bon ami. Je suis arrivé à un tournant dans ma vie et il m’est apparu essentiel de pouvoir partager ce que j’ai traversé, en espérant que cela puisse en inviter d’autres, enfermé dans un diagnostic, à progresser dans ce véritable voyage : le voyage vers SOI. Merci de m’avoir lu. Et merci à Sara Piette, à ma famille qui m’a soutenue sans faille et à tous ceux qui m’ont, ne serait-ce que par un geste anodin, permis de me retrouver.

Je vous souhaite un beau périple, en conscience de chaque pas.

Baptiste

Témoignage de Natacha, coach, 43 ans

A la suite d’une intense retraite de 4 jours, plusieurs participants ont témoigné de leur parcours, ont offert au monde la richesse de leurs expériences.
Ce qui m’a fait réfléchir à la mienne, qu’allais-je faire pour matérialiser les cadeaux et enseignements reçus lors de ce stage?

L’enseignement central que je retire est l’importance de diriger sa vie, ses actions à partir de son coeur aimant et non de ses souffrances.

Je suis née dans une famille de pouvoir mais dont le pouvoir était actionné à partir de souffrances.
Je suis issue d’une famille où il y a eu des actes d’une grande violence, des abus sur enfants et adultes, des crimes ont été commis, des enfants ont été sacrifié… Sans qu’aucun des actes ne soient reconnus.

J’ai moi-même subi des actes de violences de la part de mes aïeuls et été témoin d’atrocités.

Il m’aura fallu longtemps pour sortir de ces souffrances, les miennes mais également celles de ma lignée.

Dès toute petite, je ne sais par quel miracle, j’ai su que ces actes étaient injustes et n ‘étaient pas représentatifs de la nature humaine.

Seulement la souffrance que ce soit des abusés ou des abuseurs n’ayant jamais été reconnue, je l’ai prise. Je me suis enfermée dedans. Impossible de vivre ma propre vie tellement toutes ces souffrances prenaient toute la place dans mon coeur. Tellement les peurs étaient présentes, peurs d’être moi, peurs d’être visible, peurs d’agir, peurs de penser, peurs… Je n’étais en quelque sorte que peurs et souffrances.

Durant ces 4 jours de retraite, résultat d’un long cheminement, j’ai eu la chance et l’honneur de vivre la guérison grâce à la force de l’amour de soi et de l’autre et la croyance en la bonté humaine.

Durant ce week-end, ma grand-mère décédée aujourd’hui, s’est présentée devant moi transformée. Elle n’était qu’amour, elle qui a pourtant agit avec tant de cruauté, elle m’a libérée des souffrances familiales qui remontaient de génération en génération, en génération, en génération…
J’ai eu la chance d’ avoir devant moi cette lignée de femmes puissantes. Elles m’ont libérée de ces souffrances qui comprimaient mon coeur.
Nous nous sommes libérées mutuellement grâce à l’amour.

Comment aujourd’hui puis-je matérialiser cet enseignement dans mes actes?

Les synchronicités m’ont donnée une fois de plus la chance d’avancer vers ce chemin d’amour à travers une expérience qui pourrait sembler une nouvelle épreuve. Mais dont je fais le choix de la saisir comme une opportunité pour grandir davantage et à agir, dans les limites de ma zone de pouvoir, à rendre le monde meilleur.

Cette expérience est celle d’accompagner mon fils et son école à agir de manière constructive suite à des accusations mensongères, des actes d’humiliations, de violences commis autant par le corps professoral que par les jeunes.

Chacun étant tellement pris par la chasse aux coupables en a oublié de regarder et interroger les faits. Ce qui a eu pour conséquences de créer de nouveaux abusés et abuseurs, de nouvelles victimes…

Je fais le vœu et je m’engage à mettre tout ce qui est en mon pouvoir pour que cette affaire puisse être reprise en main afin que chacun des acteurs puissent en sortir grandi, la tête haute, fier de lui et s’aimant davantage.
Que cette affaire puisse être un exemple d’une justice libératrice et non culpabilisante et enfermante.

Je ne pense pas que pointer du doigt une erreur commise soit porteur de sens et nous fasse grandir. A mon sens, cela enferme dans la culpabilité tout comme le silence et les tabous peuvent le faire.

Regardons avec amour ce qui pousse chaque acteur a agir comme il le fait et apprenons de nos erreurs.

Je pourrais bien sûr uniquement faire justice en défendant mon fils et qu’il soit dit devant toute l’école qu’il n’est coupable d’aucun acte. Cela aiderait certainement mon fils a rester debout.

Mais qu’en serait-il des autres? Ai-je envie qu’il reste chacun enfermé dans leurs souffrances, dans leur culpabilité?
Comment vont-ils agir demain? Vont-ils agir à partir de la beauté de ce qu’ils sont ou à  partir de leurs souffrances? Quels seront les traces de cette expérience sur le restant de leur vie?
Si ils agissent à partir de leurs souffrances ça donnera quoi comme monde?

Ça ne me semble pas prometteur d’un monde meilleur, plus juste et en paix.

Regarder les souffrances qui ont poussé à agir de telle ou telle manière ne veut pas dire que je veux déresponsabiliser les personnes de leurs actes. Ça veut simplement dire que je ne cherche pas à les culpabiliser mais qu ils puissent regarder ce qu’ils ont fait et agir consciemment à la réparation de leurs actes.

N’est-ce pas merveilleux, beau de voir une personne qui reconnait avoir commis une erreur, oeuvre a réparer les dégâts et présente ses excuses en vous regardant droit dans les yeux?

Chacun peut alors repartir la tête haute, fier d’avoir agit de manière respectable et honorable. Il y a de quoi être fier de soi et éprouver un amour grandissant pour soi et l autre.

C est cela que je souhaite comme monde pour demain. C’est pour cela que je m’engage a mettre tout ce qui est en mon pouvoir pour que « l’affaire  » de l’école de mon fils soit gérée de manière constructive.

Je fais également le vœu que le monde de demain soit dirigé par des personnes recherchant à permettre à chacun d’être responsable et non coupable. Que ces futurs dirigeants soient garants d’un cadre permettant a chacun d’agir a partir de son coeur pur et grand.

Je m’engage a agir chaque jour un peu plus à partir de mon coeur aimant et à le libérer de ses souffrances pour mon bien-être mais également dans le but de rendre le monde meilleur.

Natacha

Shares